11 septembre 2001

Le WTC n'est plus qu'un amas de gravats servant de sépulture à quelques milliers d'innocents, ictimes de la folie engendrée
par l'incapacité coupable des grandes puissances
à entendre autre chose que le crépitement des téléscripteurs des places boursières,
où à vouloir que tout aille dans le sens de leur volonté, modèle de société,
politique, économie, art, culture, discours arrogants et conquérants en prime.


Combien de morts sont-ils encore "acceptables" avant qu'un autre langage que celui de la force ne s'impose?

Souhaitons que le traumatisme que crée cet horrible événement sera porteur d'une nouvelle réflexion conduisant à des comportements
plus ouverts au dialogue et à la prise en compte

de la multidimensionnalité des situations, des aspirations et des besoins.

 


Ouais...

J'écrivais celà au lendemain de ce dramatique attentat... pauvre utopiste...
Qu'est ce qui a changé?
Rien.

Qu'une partie de la planète témoigne de son ras le bol de l'impérialisme aveugle des "américains" et d'autres n'émeut pas ces populations.
Aujourd'hui, ce ne sont plus seulement les guignols au pouvoir qui me navrent, il y en aura toujours, mais la conscience des individus.
Je me suis souvent posé la question de savoir ce qu'il conviendrait de faire face à cela.
Ma réponse aujourd'hui serait: rien, ou attendre.
Attendre quoi?
Ce qui finira peut être un jour par arriver; c'est à dire que, face à cette puissance incontestable et incontestée,
le faible développe un système de riposte à sa mesure,
qui commence à prendre forme, non seulement en Irak, mais aussi en Tchétchénie, en Afganistan,
en Palestine et ailleurs et qui, petit à petit,

inversera ce rapport de force de façon insidieuse par la prise de conscience souhaitable des populations plongée
dans la trouille de l'inconnu,
du lendemain, qui échappe à ses rationalisations. Seulement sans cette prise de conscience
la riposte sera aussi négative que l'aggression.

Comprenons-nous, je suis horrifié par les exécutions sommaires et barbares des otages ici ou là quelque soit leurs nationalités,
mais quand une partie ne peut plus être entendue,
écoutée, respectée, il ne lui reste plus que la solution de "descendre dans la rue".
Je suis aussi horrifié d'entendre un Bush, invoquer l'aide de Dieu pour justifier de l'aggression d'une population que d'entendre
le discours "islamiste" de groupes exaspérés
et les justifications de leurs actions.
On en revient aussi, toujours, à la question: "Qui de l'oeuf ou de la poule..."

Je n'ai pas de réponse, mais elle finira par se montrer.

 


On peut accéder librement au site du WTC et gratuitement, mais il faut aller chercher un ticket
ailleurs que près du site pour espérer pouvoir entrer.
Les tours en construction sont bien avancées et la plus haute, Freedom Tower, domine déjà tous le coin.