logo tangvald

 

faro 

La nuit est tombée lorsque Maya se présente dans la passe d'entrée de la lagune de Faro.
j'ai eu quelque mal à repérer le phare d'accès.

Nous suivons vaguement un chenal mais on se croirait plutôt dans un tunnel sans éclairage...
Michèle est à la barre afin de me permettre de surveiller en permanence
la carte et le sondeur.

Je cherche à prendre la voie remontant vers la ville de Faro;
elle est normalement balisée, mais les bouées lumineuses sont discrètes.
Je ne suis pas particulièrement inquiet car les fonds sont de vase, enfin en principe...
A 3 ou 4 reprises, Maya se plante . Je le dégage sans difficulté,
mais je dois chercher à chaque fois le bon passage.
Une heure plus tard, je repère 2 voiliers au mouillage et, presque aussitôt Maya s'enlise à nouveau,
mais cette fois-ci nous sommes arrivés au bout du chenal navigable à cette heure de la marée.

tangvald8
Nous jetons l'ancre. Le calme est extraordinaire

Mardi 18 octobre 1983.

Artémis de Pythéas

faro artemisr

Les 2 voiliers à côté de nous semblent désertés par leur équipage.
L'un d'eux attire mon attention; il s'appelle "Artémis de Pythéas".
C'est une magnifique goélette, plus longue que Maya,
et ce bateau me dit vaguement quelque chose.
Dans l'après-midi une annexe en bois s'amarre à contre de notre bateau.
Pierre Tangvald et son fils Thomas viennent nous saluer.
Ça y est, je sais qui ils sont maintenant, j'ai lu leur histoire
ainsi qu'un des livres que Pierre à écrit.

Nous décidons d'aller ensemble faire une balade jusqu'à la plage à 2 km environ de là.

faror

Mon fils Mathieu et Thomas ont le même âge et sont ravis de se rencontrer.
Ce n'est pas tous les jours qu'ils ont des petits copains avec qui s'amuser.
De notre côté nous sommes ravis d'écouter Pierre nous parler de ses voyages et de sa dramatique odyssée.

Pierre Tangvald

Né en Norvège, élevé en France et de nationalité américaine, Pierre navigue depuis 1957
sur des bateaux qu'il a construits lui même, en bois, dépouillés de tous artifices:
pas de guindeau, pas de moteur, pas de winches, pas d'électronique et pourtant,

Artémis de Pythéas pèse 13 tonnes et la voilure dépasse allègrement les 100 m2 au près.
Il possède par contre une superbe moto, démontée et rangée dans sa chambre!

Après plusieurs tours du monde et plusieurs mariages également, Pierre est ici à Faro,
sa femme actuelle, Ann, étant à la clinique. Elle vient d'avoir une petite fille, Carmen.
De nationalité malaysienne, Ann s'était vue refuser pour des questions de visas la possibilité
d'accoucher en Espagne, mais le Portugal ne s'y était pas opposé.

Thomas a perdu sa maman, Lydia, le 20 février 1979; il avait 3 ans environ, c'était en mer de Chine.

Pris à parti par un bateau pirate, sa mère aurait voulu se défendre en prenant un fusil
et se serait fait tuer. Pierre n'aurait eu la vie sauve que grâce à Thomas
qui se serait précipité en pleurant dans ses jambes...

2 ans plus tard, au large de la Tunisie, nouvel incident, Ann, je crois est blessée là encore par des pirates...

Ces péripéties ont été relatées par bon nombre de revues nautiques,
à la suite des livres que Pierre a écrit sur ces affaires.

Ann carmen Pierre

faro artemis2r  tangvald6

Ann regagne le bord avec Carmen le 19 octobre 83.

Nous sommes invités à bord, ainsi que l'équipage américain de l'autre voilier
au mouillage, Tera, qui a pavoisé le nom de Carmen en code pavillonnaire international.
Ann a préparé du thé, Tera un gâteau et Michèle a tricoté un gilet de berger pour le bébé.
L'ambiance est feutrée, cordiale, mais Ann est distante, ailleurs...

Nous apprendrons quelques mois plus tard qu'Ann n'est jamais arrivée aux Antilles.
Un paquet de mer l'a faite basculer par dessus bord 2 jours avant Fort de France, en janvier 84.
L'enquête de police aboutira à un non-lieu.

Plus tard encore, par la troisième femme de Pierre, une française résidant
dans le sud de la France, nous saurons que Pierre a péri en mer,
le 22 juillet 1991, ainsi que Carmen, le long de la côte des Antilles néerlandaises, Bonaire Island.
Selon un navigateur américain, son fils Thomas le suivait sur un autre voilier;
ils longeaient la côte et Thomas a vu Artémis de Pythéas bifurquer brusquement vers la côte
et aller se fracasser sur les rochers.
C'était la nuit et les recherches impossibles...
Pierre aurait eu quelques soucis cardiaques et il est possible qu'une crise lui ait été fatale.

J'ai rencontré pas mal d'équipages ayant bourlingué, eux aussi en mer de Chine;
aucun ne croit vraiment à ces histoire de piratage, pourtant possibles.
Je garde de Pierre l'image d'un homme discret, simple, calme.
Son regard ne reflétant par contre que l'immensité...
Ses rapports avec son fils nous ont toujours surpris.
Omniprésent, angoissé, à la limite de la paranoïa.

Pierre a écrit sur mon livre de bord la dédicace suivante:

tangvald2

Quelques années plus tard, un journaliste parlant de lui,
notait que Pierre lui avait écrit... la même dédicace.